Histoire du projet, Vie de famille

On change de Vie en Famille en Normandie

Nous sommes en juillet 2018.

Notre corps de ferme alsacien est vendu depuis 6 mois et nous sommes en location dans un appartement à Obernai. Si cette vie en ville convient parfaitement à notre ado qui peut aller et venir à sa guise avec ses potes, les parents que nous sommes rongent leur frein. Cette parenthèse n’est qu’un sas d’attente vers le grand saut, celui du déménagement programmé depuis plusieurs mois, nous rapprochant de notre catamaran mais nous coupant de notre famille, de nos amis et de notre région chérie.

Catamaran-famille-tour-du-monde-parents-enfants-oaoatimkaNotre futur Prince des mers est à présent à l’abri des éléments au sein d’un hangar qui révèle sa taille imposante et où paradoxalement il semble perdu. Nous sommes seuls locataires, au moins nous avons de la place pour étaler les multiples outillages et matériaux qui étaient jusqu’à présent confinés à l’intérieur des coques et du carré. Nous pouvons enfin nous atteler sereinement à la finition extérieure de tous ces mètres carrés de fibre de verre afin de parer notre vaisseau de la robe qu’il mérite.

Nous avons déscolarisé les garçons et fait la demande d’inscription au CNED (Centre National d’Enseignement à Distance) pour la rentrée prochaine : Luka rentre en troisième et Timothé en sixième. Nous avons quitté nos emplois respectifs après plus de 20 ans de salariat dans l’industrie pharmaceutique et une reconversion réussie en tant que coach sportive pour moi. Les fêtes d’adieux se succèdent, toutes plus émouvantes les unes que les autres, jusqu’à atteindre leur apogée fin juillet, lors d’une garden party rassemblant nos familles et une cinquantaine d’amis de tous horizons, et qui restera gravée en nous pour la vie.

Fête d’adieu le samedi, after party le dimanche avec les amis proches, déménagement le mardi avec deux voitures et une remorque tellement blindés qu’on n’aurai pas pu y rajouter une seule tong (la passion du Captain). Le lundi nous avons effectué plusieurs aller-retour entre notre appartement et la cave de nos parents afin d’y stocker ce que nous n’avions pas réussi à vendre, nous partons donc avec le minimum vital – deuxième allègement nécessaire – premier allègement effectué lors du déménagement de notre corps de ferme vers l’appartement d’Obernai – troisième allègement prévu lors de notre emménagement sur le bateau.

En passant par la Lorraine (avec mes sabots), nous honorons le cadeau d’anniversaire de Timothé, passionné d’animaux et de nature, en nous arrêtant pour une visite au Parc de Sainte-Croix. C’est passablement harassés que nous arrivons tardivement au tout petit camping municipal de la ville attenante. La tente est montée en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, matelas gonflés, sacs de couchage déroulés, dents brossées, yeux fermés….ronflements, ne pas déranger!

Le lendemain matin une surprise nous attend : nous découvrons que nous avons planté la tente au bord d’un magnifique lac comme la région en compte des dizaines, près d’un ponton où de petits bateaux prennent tranquillement le soleil. Émerveillement mutuel . Regard de connivence : « c’est un petit paradis ici, on devrait rester quelques jours histoire de décompresser… »  Le temps de régler la situation de notre remorque chargée à bloc installée juste à l’entrée du camping – la réceptionniste : « ça va pas être possible, imaginez si le maire voit ça, ça fait quand même une peu….beaucoup…. » – nous : « ….romanichel?!? » – « oui c’est ça » – nous profitons finalement de la chaleur et de la baignade comme des bienheureux. Une parenthèse de calme et de douceur avant le reste (conséquent) du trajet jusqu’en Normandie.

Camping-paradis-lorraine-famille-parents-enfants-demenagementCamping-paradis-lorraine-famille-parents-enfants-déménagementAu cours du mois d’août, les parents du Captain viennent passer 15 jours à nos côtés, Madame découvrant la région et le Chef travaillant d’arrache-pieds au chantier, comme s’il voulait rattraper le temps perdu, tout ce temps où il ne croyait pas (ou ne voulait pas croire) à la réalité de l’entreprise de son fils. Ils sont rejoints par un ami qui découvre pendant quelques jours les joies du ponçage nautique.

Catamaran-travaux-amis-famille-ponçage

Le grand départ sur les mers est prévu pour fin octobre.

Septembre arrive, je suis occupée à « faire la maîtresse » et le Captain passe ses journées à poncer, enduire, peindre, poncer, enduire jusqu’à saturation. Dans notre éternel optimisme nous avons naïvement cru que 3 mois seraient suffisants pour boucler ce chantier démesuré. Que nenni! Nous sommes mi-octobre et force est de constater que nous sommes encore loin de pouvoir naviguer. La mort dans l’âme, nous nous préparons à passer un hiver en Normandie, nous qui ne rêvions que des Canaries.

Novembre, et décembre voient passer les heures les plus sombres de notre aventure naissante. Janvier et février sont au diapason. La fatigue est extrême, le désespoir nous guette, entraînant inévitablement des disputes dans notre couple, des engueulades dans la famille, et même quelques crises de nerf. Même la pause de Noël en Alsace nous plombe le moral, malgré la petite victoire de décembre, qui voit notre catamaran passer au vert : nous avons fini la peinture extérieure!

Catamaran-peinture-refit-travaux-famille-tour-du-mondeLes garçons vont finalement au collège puisque le départ est repoussé au mois d’avril. Le Captain passe des journées de 10h au chantier, je fais des aller-retours chantier-maison, au service des travaux et des besoins des enfants (manger, aller au foot, aller à l’escalade…..), en gardant quelques précieuses heures de sport qui me sauvent la vie chaque semaine.

Les soucis financiers s’accumulent, et trois semaines avant la (nouvelle) date de départ, nous savons que ce ne sera pas pour cette fois non plus…… Mais persévérance est à présent notre deuxième prénom à tous les deux et nous suivons les petites étoiles qui brillent dans la nuit de notre voyage initiatique : la fierté qui se lit dans les yeux de mes parents, leur aide pécunière et leurs encouragements aux moments les plus opportuns, le soutien moral de nos amis, les visites de personnes que nous faisons rêver à travers notre journal de bord sur les réseaux sociaux, leurs commentaires toujours bienveillants et motivants, les nouvelles personnes que nous rencontrons et leurs attentions touchantes….

C’est comme cela qu’un beau jour comme aujourd’hui, l’Univers a répondu à notre appel. Une semaine avant la date programmée de la mise à l’eau, nous recevons enfin nos nouvelles batteries lithium-ion, financées par l’association PACAP, une association qui a pour but de réaliser les rêves des gens.

On ne pouvait rêver mieux!

Car sans batteries, point d’énergie, sans énergie les pompes de cale ne fonctionnent pas et sans pompes de cales notre catamaran prenait le risque de se transformer en sous-marin à peine mis à l’eau. Le jour de l’installation des batteries, la société de création de stickers nautiques était là aussi avec notre tout nouveau logo qui a pris place fièrement à l’avant des coques.

Catamaran-logo-oaoatimka-famille-tour-du-monde

Ce jour-là, notre poitrine s’est trouvée allégée d’un énorme poids et nous avons dormis profondément, comme ça ne nous était pas arrivé depuis de longs mois. Nous avions enfin un vrai bateau, et il allait pouvoir s’ébattre dans son élément naturel!

Notre dernière angoisse était de savoir s’il allait flotter……

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s